Nouvel article sur le projet EPC : « Une bactérie tueuse de moules ? L’enquête avance dans la Manche »

Article paru dans Ouest-France le 24/01/2022, portant sur le travail d’Hélène BOURAS réalisé dans le cadre du projet EPC.

En 2021, le laboratoire Labéo a isolé la bactérie suspectée de tuer les moules d’élevage, dans la Manche, mais aussi en Charente-Maritime et en Vendée. À Blainville-sur-Mer, une manipulation scientifique vient de débuter, en 2022, pour valider cette hypothèse.

Hélène Bouras, de Labéo, inocule la bactérie dans le muscle des moules.
Hélène Bouras, de Labéo, inocule la bactérie dans le muscle des moules. | OUEST-FRANCE

La respiration est lente, le geste est précis. Une à une, Hélène Bouras pique dans le muscle des moules. Début janvier 2022, le laboratoire normand Labéo a lancé une manipulation scientifique dans les locaux du SMEL (centre expérimental Synergie mer et littoral), à Blainville-sur-Mer, dans la Manche. « Nous avons inoculé des concentrations différentes de bactérie dans un lot de 720 moules », résume Marilyne Houssin, codirectrice des recherches à Labéo, laboratoire basé à Caen.

En 2021, Hélène Bouras est parvenue à isoler la bactérie francisella halioticida, suspectée d’être à l’origine de la mortalité des moules depuis 2015. « C’est bien une première mondiale », précise Marilyne Houssin.

Retrouvez la suite de l’article sur le site internet du journal Ouest-France :Une bactérie tueuse de moules ? L’enquête avance dans la Manche (ouest-france.fr)

 

Article publié le 24 janvier 2022 à 17h06

Partager sur Linkedin
CENOPAC
295 rue de Jersey,
50380 Saint-Pair-sur-Mer
Tél. 06 47 83 19 17